Qui sommes-nous ?

Notre projet

Carnet de voyage

Reportages

Top

Après un mois passé au Pérou, notre itinéraire nous amène en Californie, d’abord à Los Angeles, ville hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2028 puis sur la « west coast » haut lieu de pratique du skateboard (discipline qui fait son entrée aux JO de Tokyo cette année).

Los Angeles prépare les Jeux Olympiques et Paralympiques

Les premiers pas dans la ville sont assez magiques car tout aux Etats-Unis est plus grand ! C’est donc devant un immense immeuble que nous nous retrouvons ce mardi 22 février pour un rendez-vous avec Janet Evans, multiple médaillée olympique en natation et actuellement vice-présidente, en charge des athlètes, du COJO Los Angeles 2028. 

En décembre 2019, Karine et moi avions visité les bureaux du COJO Paris 2024 et aujourd’hui, nous voilà à nous projeter vers les JOP de Los Angeles devant un grand écran à 180 degrés sur lequel passe une vidéo de présentation des futures installations (à voir sur www.la28.org).

Janet nous accueille chaleureusement et nous explique avec beaucoup d’enthousiasme comment les installations existantes seront utilisées ou transformées, et où elle se situeront dans cette superbe ville californienne. Imaginer l’arène de Beach Volley sur la plage de Santa Monica ou le village olympique dans les bâtiments de la fameuse UCLA me donne quelques frissons, moi qui ai participé à quatre Jeux Olympiques. 

La vidéo est très esthétique, la maquette est parfaite, les bureaux du COJO sont assez incroyables, on pourrait croire que tout est déjà prêt !

Le COJO, c’est aujourd’hui pas moins de 75 personnes qui oeuvrent à la préparation des Jeux à différents postes stratégiques : commercial, marketing, athlètes, responsables de sites, avocats, et bien sûr ils seront des milliers à la veille des JO

Olympic spirit LA 2028 : des Jeux pour les athlètes et pour l’accès au sport

Janet nous explique la volonté du COJO d’impliquer les athlètes dans l’organisation et de bénéficier de leur expérience (il y a près de 1000 athlètes olympiques en Californie) car comme nous le résume si bien le directeur que nous croisons avant son déjeuner « l’organisation de JOP est complexe mais une fois qu’ils commencent, ce sont les athlètes qui font que des jeux se passent bien ». 

L’objectif est lancé : l’héritage des JOP sera humain (les infrastructures existent déjà, donc contrairement aux villes organisatrices des JO, l’héritage matériel n’a pas lieu d’être ici). A 8 ans des jeux, le COJO réfléchie à la façon d’optimiser l’expérience de chaque athlète (jusqu’à l’accueil de leur famille pendant la compétition), et pas seulement pendant la durée des JOP mais aussi pour une meilleure transition sociale après les Jeux.

L’héritage c’est aussi permettre aux athlètes du monde entier de profiter du système éducatif et technologique californien au regard des 10 campus de l’Université de Californie (Stanford, UCLA, Berkeley…), de CALTECH qui est une des meilleures écoles de technologie dans le monde. Janet précise « On a un programme pour tous les jeunes de Los Angeles : un accès au sport l’après-midi très peu couteux pour leur permettre de rejoindre les clubs à des prix très accessibles. L’objectif est que le plus de jeunes possibles puisse accéder au sport et à tous les sports, et pas seulement le football américain, le basket, le baseball ou le football, qui sont les sports les plus populaires ici »

C’est un grand honneur pour moi que de signer, avant de partir, le fameux tableau des athlètes du COJO, à côté des signatures de multiples champions olympiques et du monde.

Ecrire un commentaire