Qui sommes-nous ?

Notre projet

Carnet de voyage

Reportages

Top

Après une semaine à Lima riche en rencontres, nous avons décidé de prendre l’air et de monter en altitude, dans la cordillère des Andes. Mais le Pérou Andin, ça se mérite !

Départ en bus pour l’oasis de Huacachina, au milieu d’un désert de sable, dont la seule et unique attraction est une balade en buggy dans de magnifiques dunes complétée de descentes en « sand board ». D’abord debout et ensuite à plat ventre. Très beaux moments avec les enfants dans ce petit paradis de sable jusqu’au coucher de soleil. 

C’est de là que nous avons pris notre premier bus de nuit. Dans les virages de la côte puis des Andes…qui n’étaient pas sans me rappeler les longs déplacements pour les compétitions de gym quand j’avais 12 ans et pendant lesquels j’étais très malade. Sohan tient de moi, incontestablement.

Heureusement, Aréquipa la blanche, Aréquipa si belle et calme nous tend les bras à notre arrivée. Bien installés dans le centre historique, nous avons gouté à la quiétude de la Plaza de Armas (il y a une Plaza de Armas dans chaque ville du Pérou) et visité le magnifique couvent Santa Catalina, dans lequel vivaient des jeunes filles dont les parents avaient décidé qu’elles y resteraient toutes leur vie. C’était un honneur pour les grandes familles bourgeoises d’avoir au moins une fille au couvent. Partout nous voyons les dégâts et reconstructions suite aux différents tremblements de terre. Très rassurant… 

Mais entrons un peu en action : une sortie descente en vtt du volcan Chichani (un des trois volcans qui entourent la ville) s’impose ! Départ à 4800m et une jante de vélo qui n’a pas tenue à la sortie de route de Sohan, heureusement sans blessure. 

La suite de la visite du Pérou quand tu descends vers le sud, c’est bien sur le fameux lac Titicaca, dont la seule évocation du nom t’entraine dans les merveilleux mythes et contes incas, et te renvoie à ton enfance quand tu regardais les cités d’or. 

Mais avant d’arriver à Puno, ville au bord du Lac, nous avons fait un petit crochet par le canyon de Colca, territoire des condors et des randonneurs ! A 7h du matin, un canyon superbe, entouré de cultures en terrasses et de petits villages se dresse devant nous et un incroyable condor de 3m d’envergure passe au-dessus de nos têtes. Un vrai bruit de planeur, époustouflant ! 

Le Pérou Andin est superbe, vert, montagneux, les agriculteurs labourent la terre à la main et ramènent leur culture à dos d’âne pendant des kilomètres. Le contraste avec la bouillonnante Lima est saisissant.

Je suis surpris de voir que dans le moindre village reculé de la vallée, il y a un terrain multisport devant l’école et un terrain de foot.  J’apprendrais plus tard qu’il y a à l’ école des cours d’éducation physique une fois par semaine et que le foot permet aux villages de se rencontrer tous les dimanches autour de matchs et tournois.

A Puno, au bord du lac Titicaca, nous avons rencontré Matteo. Je m’amuse à dire que c’est le perchiste le plus haut du monde (Puno est à 3980 m d’altitude). Il saute 3m50 à 20 ans et nous raconte sa passion de la perche et ses difficultés pour s’entraîner. 

Une seule perche de 3m15 l’oblige à aller à Lima (15 heures de bus) pour s’entraîner avec des perches plus dures, avec le groupe d’entrainement que j’ai croisé sur le stade municipal ! (le monde est petit…). Comme il n’a pas de pointes d’athlétisme, Sohan lui donne les siennes.

Son entraîneur, professeur d’éducation physique à l’Institut Péruvien du Sport nous explique que Puno est un centre international d’entraînement pour le demi-fond, bénéficiant ainsi de conditions en altitude. Nous, l’altitude nous terrasse le premier jour, alors on boit toute la journée du maté aux feuilles de coca.

Nous avons passé deux jours sur Amantani et Taquile, deux des îles du lac Titicaca les plus proches de Puno, habitées par une population qui vit essentiellement de l’agriculture en produisant une belle diversité de plantes (pommes de terre, quinoa, blé, coca, maïs.) et du tourisme. Les familles volontaires accueillent à tour de rôle chez elles les touristes qui viennent passer la nuit. La vue depuis la Pachamama et la Pachatata (les montagnes sont sacrées dans la culture Quesha) est incroyable : un 360 sur le lac. Nous dormons chez Gladys, une amie d’Ysabel notre contact à Lima, qui a participé à l’installation d’un puit d’eau potable pour le collège de l’île avec l’association Amitié Solidarité Pérou. Chez Gladys, c’est une maison traditionnelle avec deux poules dans la cour et une cuisine à même le sol en terre. Pas de douche mais plein d’eau de pluie pour se laver les dents !! Elle nous cuisine un bon repas autour d’une soupe à la quinoa, arrosé de tisane qui nous réchauffe car il fait très froid.

Départ pour Cusco, la capitale Inca (enfin « Inca » c’est le roi, alors faut-il dire la capitale Queshua? Non car le Queshua est une culture, différente de la culture catholique). En tout cas, Cusco c’est la capitale du pays Andin, le centre historique est magnifique et il y fait bon vivre malgré des températures un peu froides le soir à notre goût. Nous avons la chance de loger dans une chambre d’hôtes, tenue par un couple franco-péruvien, dont le mari est guide et Queshua. Une belle occasion pour échanger avec lui sur la place du sport dans sa culture: tous les terrains de foot que je vois partout depuis notre départ d’Arequipa ont une vraie fonction sociale. Les joueurs et joueuses qui travaillent la semaine attendent avec impatience le WE pour jouer en tournois et rencontrer les autres villages. Un autre événement a lieu tous les ans c’est l’Warachicuy qui rassemble tous les jeunes autour d’épreuves de force. A l’époque Inca cela permettait de connaître les talents de chacun et de les diriger vers leurs métiers. La chambre d’hôtes c’est aussi une belle occasion de rencontres avec d’autres « adultes » !!! Et ça fait du bien.

La vallée sacrée nous a permis de voir en une seule journée quatre sites incas superbes que nous avons découverts chacun bouche bée ! Nous avons passé cette journée avec un couple d’aveyronnais, Justin et Manon, qui font toute l’Amérique du Sud en sac à dos. C’était un vrai plaisir de les rencontrer.

Après deux mois sans chocolat, c’est à Cusco que nous avons englouti une énorme fondue au chocolat. Y’a des trucs comme ça qui te manquent plus que d’autres !

Il est temps d’aller voir une des merveilles de ce monde que nous parcourons depuis deux mois, le Matchu Picchu. Nous avions déjà vu tant d’image du site que nous craignions de n’être plus surpris. Mais la réalité est toute autre : voir le site Inca apparaitre quand la brume se dissipe au petit matin est un grand moment, une émotion pure. Une belle récompense après avoir monté 1900 marches pour y accéder !!!

Cette semaine à Cusco nous a requinqué. Nous commencions à être un peu fatigués et tendus. Les enfants également. Sohan a été malade pendant 15 jours, Titouan avait le spleen de la France. 

Maintenant, contraste saisissant : direction Los Angeles la ville du skate, du surf et du Cinéma…et qui va accueillir les JO 2028!