Qui sommes-nous ?

Notre projet

Carnet de voyage

Reportages

Top

La côte californienne est superbe, ça c’est évident. IL y a une magnifique lumière, les vagues déroulent, les villes sont jonchées de palmiers, ça skate et ça surfe partout. Notre halte à Encinitas, près de San Diego, fut pour nous l’occasion d’une belle rencontre avec un ancien professionnel du skateboard, Rob Randolf.

Rob est un « life skateborder » un skateboarder à vie, comme il nous l’explique.  Rob a commencé le skate à l’âge de 13 ans sur la côte est puis fut un des meilleurs skateboarders du monde dans les années 90. C’est un passionné de cette activité et de sa culture.

Il s’es installé à Encinitas car c’est une ville où la culture skate est très marquée. Il peut y développer une activité de marketing dans l’industrie du skate et rester en contact avec les meilleurs skateurs de Californie. Par ailleurs, il y a à Encinitas un incroyable skatepark où les jeunes débutants peuvent cotoyer et s’inspirer des grands champions tels que Shaun White ! Tout semble possible dans cette ville qui invite à la pratique du sport, il fait beau, il faut chaud, il y a des équipements, la mer et des skatepark !

Rob nous explique que le skate est très intéressant pour les jeunes car il permet d’être créatif et indépendant. Une activité à mi-chemin entre le sport et la culture, qui se démarque des sports classiques américains, base-ball, foot. Alors on a voulu en savoir plus :

Romain : « Rob, comment le skate participe à l’amélioration d’un individu ? »

Rob : « le skate permet de se surpasser, d’apprendre à surpasser ses peurs, d’être persévérant pour être performant (répéter les gestes). Et dans le skate comme dans les autres sports individuels, tu dois te dire j’y vais même si cela fait souffrir, et tu dois croire en toi et en ton entraînement et en l’énergie que tu y mets. Et si tu n’y arrives pas, tu dois te relever et essayer à nouveau. Et puis il y a quelque chose de particulier en skate. Tu peux avoir quelqu’un qui fait un tricks très fin, plaçant ses roues de telle sorte qu’elles suivent parfaitement l’arête du bol, et puis quelqu’un qui va faire un saut de 4 mètres avec des saltos des vrilles. Dans le milieu, on respecte autant le premier que le second, car on sait qu’il faut des années de travail et de répétition pour avoir cette finesse. Et c’est très sain de se pousser jusqu’à un certain niveau. »

Romain : « Est ce que le skate aide la société à être meilleure comme le prône l’olympisme ? »

Rob « Oui à 100%. Ca prône l’indépendance et le fait de challenger les normes en vigueur. Souvent on dit aux jeunes qu’il ne faut pas sauter ici, pas faire du skate là. Et les jeunes passent outre ces règles pour faire avancer la société. Et cela montre la transversalité de la performance. En skate si tu es performant dans la rue alors tu peux être performant au skate parcs plus traditionnels. » 

Romain « que penses-tu de l’entrée du Skateboard aux Jeux Olympiques » 

Rob : « D’abord pour la plupart des skateboarder le skate n’est pas un sport. C’est une activité, un style de vie, une culture. On fait du skate, on est dans un flux de vie comme pour le surf, voire le cyclisme. Dans le rampe il y a le flux de l’énergie que l’on suit, que l’on  conserve et avec lequel on joue  pour avancer dans les courbes  aussi bien en skate que dans la vie . Pour en revenir aux JO, les JO c’est très régulé et c’est une performance dans sa globalité. Le meilleur run aux JO ne sera jamais considéré comme le summum du run!

Certains diront que ce n’est pas du skate parce que le skate c’est dans la rue, c’est son expérience de skater et ce n’est pas celle qu’on retrouve au Jeux Olympiques.

Pour moi, le skate c’un spectre énorme : pouvoir rider une planche n’importe où, de la rue à la compétition. 

J’ai un respect énorme pour les skateboarders qui représenteront leur nation aux JO. Cependant, les personnes que je respecte le plus dans le milieu ne se considèrent pas du tout comme des athlètes ou des Olympiens. Ces personnes font du skate, tout simplement parce qu’ils aiment le faire. Je suis super enjoué pour ce qui vont participer et pour la reconnaissance du Skate »

Romain « Est-ce que tu vas regarder les JO de Tokyo ? »

Rob : « Je le ferai si j’ai le temps. Car j’ai plein de choses à faire et je suis plutôt dans l’action que le spectacle. C’est comme les Xgames, je regarde que si j’ai du temps et que je ne fais pas du skate. »

Et pour le voir skater

Ecrire un commentaire